Nausicaa de la vallée du vent, Hayao Miyazaki

Publié le par Zhaan

 

 



Je viens à peine de voir ce « dessin animé » et j’écris ces quelques lignes, car encore une fois, j’ai été très touchée par la poésie de ce réalisateur. Déjà Le Château ambulant m’avait plus que séduite. A partir d’un conte qui aurait pu être triste, celui d’une jeune fille transformée en petite vieille, Miyazaki nous livre une histoire drôle, émouvante et jamais pathétique. Avec Nausicaa, une fois de plus, il a su mettre douceur, espoir et tendresse dans un avenir apocalyptique. Là où il nous dépeint le sombre, le torturé, reste toujours cette lueur qui peu à peu se fait éblouissante. Nausicaa, c’est un conte où la nature en colère (encore et toujours) dévaste tout sur son passage. L’humanité effrayée ne répond que par la violence et la destruction, sauf une personne, une jeune fille, la lueur d’espoir. On sait que l’ « écologie » est un sujet récurrent dans les contes japonais depuis quelques années déjà. Hayao Miyazaki vient ici défendre la terre mère, déesse, nourricière. Et c’est parce qu’il le fait avec des sentiments si simples que cela nous touche autant. Les personnages ne tombent jamais dans le manichéisme. Même à ses méchants, il sait donner ce trait de crayon qui les rend si drôle. On se souviendra bien sûr de son Sherlock Holmes qui a bercé l’enfance de plus d’un d’entre nous, on se souvient bien sûr de ce méchant si peu méchant, ce Moriarty, ce voleur malchanceux et ses comparses tout aussi inaptes. Merci donc à l’auteur de nous permettre d’éprouver ces moments de joie simple, cette sensation de douceur et de plénitude que l’on ressent à la fin de chacun de ses films.

 

 

Publié dans Cinéma

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

wings.of.hope 11/10/2007 14:42

Oui un beau film, comme souvent avec Miyazaki. Et tu as raison, souvent avec lui, il n'y a pas de manichéisme.
Un bon auteur/réalisateur.